Restez connecté avec VoyagExpert en vous inscrivant à notre newsletter

Complétez vos coordonnées dans le formulaire ci-dessous:

Suivre les actualités VoyagExpertRecevoir les infos MICE



*Champs obligatoires


Les données recueillies serviront exclusivement à l’envoi de cette newsletter et vous pouvez à tout moment vous désabonner et demander l’effacement de vos données.

Le trafic aérien mondial va encore doubler d’ici à 2037

Le trafic aérien mondial va encore doubler d'ici à 2037

L’association des compagnies aériennes internationales IATA prévoit un doublement du trafic mondial sur les 20 prochaines années, pour atteindre 8,2 milliards de passagers en 2037.
Optimisme pour le long terme, mais inquiétudes pour l’Europe à très court terme du fait des incertitudes liées au Brexit : tel est le tableau brossé ce mercredi par Alexandre de Juniac, le directeur général de l’Association des compagnies aériennes internationales, à l’occasion de la mise à jour des prévisions de trafic à vingt ans. Globalement, rien ne semble pouvoir arrêter la croissance du trafic aérien sur les vingt prochaines années. Après avoir doublé au cours des vingt dernières années, le nombre de passagers devrait encore être multiplié par deux pour atteindre 8,2 milliards de voyageurs en 2037. Mais les pays européens vont descendre dans le classement des principaux marchés mondiaux.

 

 

8,2 milliards de passagers en 2037
« Nous prévoyons une croissance annuelle moyenne du trafic de 3,5 % sur les vingt prochaines années, qui pourrait même atteindre 5,5 % dans le scénario le plus favorable d’une poursuite de la libéralisation du transport aérien, a détaillé Alexandre de Juniac. Dans le scénario moins favorable d’une montée des barrières protectionnistes, la croissance mondiale se limiterait à 2,4 % par an. » Ce qui représenterait encore de l’ordre de 2,7 milliards de passagers supplémentaires en 2037, comparé aux 4,1 milliards prévus pour 2018.

Hiérarchie bouleversée
Mais dans tous les cas de figure, la hiérarchie mondiale du transport aérien sera chamboulée. « Dès 2025, la Chine sera devenue le premier marché aérien mondial, annonce le directeur de l’IATA, avec 1,6 milliard de passagers en 2037, soit un milliard de plus qu’aujourd’hui ». Le numéro un actuel, les Etats-Unis, passeront en deuxième position, devant l’Inde et l’Indonésie, qui occupent aujourd’hui la 7e et la 10e position. L’Europe, qui n’est pas considérée comme un marché unique dans les prévisions de l’IATA, comptera toutefois encore cinq représentants – le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la France – dans le peloton des dix principaux marchés mondiaux.

 

Les inquiétudes liées au Brexit
Cependant, le continent européen est bien celui qui suscite actuellement le plus d’inquiétudes chez les experts du transport aérien, du fait de l’impact potentiel sur la croissance d’un Brexit sans accord . Dans un rapport de 90 pages destiné à alerter les gouvernements sur les risques d’un tel scénario, l’IATA va jusqu’à envisager une interruption des liaisons aériennes entre les îles britanniques et l’Union européenne à compter du 29 mars 2019, qui représentent 57 % de l’activité des aéroports britanniques et 12 % du trafic européen.

« Les compagnies aériennes ne sont pas tenues informées des négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur un possible accord a minima, déplore Alexandre de Juniac. En cas d’échec des négociations, ce sont pourtant les compagnies aériennes qui auront à gérer le chaos dans les aéroports. Cela n’est pas professionnel ».

 

Impact sur le trafic européen
Pour sortir de cette incertitude, l’IATA préconise une période transitoire de deux ans, qui laisserait le temps aux transporteurs et aux aéroports de se préparer, et au Royaume-Uni, de négocier son futur statut de membre associé de l’Agence de sécurité aérienne européenne . Mais quelle que soit la solution adoptée, le directeur de l’IATA s’attend à des conséquences négatives sur le trafic entre le Royaume-Uni et ses principaux partenaires européens. « Le trafic avec l’Espagne, qui est la principale destination des Britanniques, est particulièrement concerné », a-t-il indiqué. La décélération a d’ailleurs déjà commencé ; depuis le début de l’année, le trafic des aéroports européens a augmenté en moyenne de 5,4 %, contre 2,1 % pour les aéroports britanniques .