Restez connecté avec VoyagExpert en vous inscrivant à notre newsletter

Complétez vos coordonnées dans le formulaire ci-dessous:

Suivre les actualités VoyagExpertRecevoir les infos MICE



*Champs obligatoires


Les données recueillies serviront exclusivement à l’envoi de cette newsletter et vous pouvez à tout moment vous désabonner et demander l’effacement de vos données.

Les prix de l’aérien devraient s’envoler en 2019

lufthansa augmentation prix aérien 2019

Alors que le cours du pétrole reste à des niveaux élevés, plusieurs PDG commencent à annoncer que leurs de compagnies aériennes respectives ne pourront pas tenir leurs objectifs de rentabilité sans une sérieuse réévaluation de leurs tarifs aériens. 2019 pourrait donc plomber les comptes des entreprises de voyage…

Au moins 20% de hausse pour son tarif de base. Carsten Spohr, le PDG de Lufthansa, a récemment annoncé la couleur lors de la présentation des résultats du 3e trimestre de la compagnie nationale allemande. Ainsi le prix de base du billet aller simple en Europe devrait passer de 29 à 35 euros selon le PDG de Lufthansa, indiquant que « lorsque le prix d’un billet sur un vol de deux heures revient moins cher que deux heures de parking, il y a quelque chose qui ne va pas », indiquait-il. Un tarif à 35 euros pour le prix d’appel permettrait d’offrir un environnement plus sain pour les compagnies aériennes. D’autant que les prix du pétrole auront pratiquement grimpé de 30% sur un an, d’un baril en début d’année à 65 dollars en moyenne qui a atteint plus de 86 dollars début octobre. A la mi-novembre, le baril avait cependant perdu tous ses gains de l’année avec un prix fluctuant autour de 67 dollars. Mais les tensions économiques et politiques étant ce qu’elles sont, la prudence sur l’évolution des cours est plutôt de mise.

 

S’ajoute à cette hausse du pétrole la relative fermeté du dollar par rapport à de nombreuses monnaies dont l’Euro qui a perdu cette année en moyenne 5 % en valeur par rapport à son homologue US. Enfin, les tensions sur le commerce mondial, désormais écorné par des mesures de protectionnisme, devrait aussi avoir un impact négatif sur la demande en voyage d’affaires, segment qui, généralement, est le plus lucratif pour les compagnies aériennes.

 

Le fait est que le PDG de Lufthansa n’est pas seul à penser hausse des tarifs. Au moment où Carsten Spohr s’exprimait sur l’augmentation probable des tarifs aériens en 2019, le PDG de la compagnie low-cost Norwegian ajoutait sa voix au chœur des pro-hausses. Au cours de la présentation de ses résultats du troisième trimestre, le PDG de Norwegian Bjørn Kjos, indiquait qu’il n’y avait « aucune chance » pour que les compagnies aériennes puissent continuer comme en 2018 sans augmenter leurs tarifs. Même s’il avouait ne pas savoir quand exactement débuterait la spirale à la hausse. Norwegian a vu sa facture kérosène grimper de 85% sur un an.

 

En juillet, l’index de la Global Business Travel Association (GBTA) pronostiquait une hausse des tarifs aériens de 2,7% en moyenne dans le monde pour 2019. Pas de chance, ce serait l’Europequi connaîtrait les hausses les plus fortes à 4,7%, suivie par l’Asie avec une hausse prévue des billets de 3,2%. L’Amérique du Nord connaîtrait en revanche une hausse modérée de 1,8% tandis que les prix de l’aérien baisseraient de 2% en Amérique Latine ainsi qu’en Afrique et Moyen-Orient.